Les jardins du coeur abandonnés, bientôt recouvert par la piscine?!

Cette semaine, j’ai fait un petit tour aux anciennes parcelles du jardin du cœur.
Pascal Mage
importer 7 10 13 051
importer 7 10 13 052
importer 7 10 13 055

Oui, les murs à pêches sont bien des O.V.N.I., mais à Montreuil l’imagination n’est pas au pouvoir.

importer 7 10 13 056
importer 7 10 13 059

Voici le tract que nous avions diffusé il y a 2 ou 3 ans.PISCINE 001

PISCINE TRACT 2 2 001

La municipalité s’était engagée à réinstaller, le chantier d’insertion des jardins du cœur sur les murs à pêches, promesse non tenue*, ( Car comme nous l’écrivions  » les énergies citoyennes ne sont pas indéfiniment renouvelables. ») * Les Jardins du cœur ont été réinstallés sur un espace plus petit à la ferme Moultoux, ce qui a conduit à la suppression de l’association « Maison Accueil Soleil » qui s’occupait de femmes en difficultés.

Nous demandons encore à notre Municipalité, la sauvegarde du paysage et de notre patrimoine, la réduction de 10% de l’emprise de la piscine, afin de préserver les anciennes parcelles du jardin du cœur.
Pascal Mage président de l’association des Murs à Pêches.

Advertisements

24 Responses to “Les jardins du coeur abandonnés, bientôt recouvert par la piscine?!”


  1. 1 Pierre Mathon 7 octobre 2013 à 9 h 31 min

    Dramatique. Je le mets sur ma page FB et je prépare un article pour le blog Bagnolet en Vert.

  2. 2 Studer 7 octobre 2013 à 9 h 47 min

    Faisant partie de l’association Exodrom93 et cohabitant à la Ferme Moultoux avec les jardins du Cœur, je peux affirmer que les Jardins du Cœur ont bien obtenu des parcelles sur les murs à pêches, mais ils n’ont pu y rester, ni même s’y installer, car les gitans de ce lieu ont commencé par casser leur porte et vandaliser le lieu. Comme par ailleurs il y a une distance suffisamment importante entre leurs bureaux, plus quelque terre à la Ferme Moultoux, et les parcelles qui leur étaient dévolues sur les MAP, cette disposition a rendu leur tâche excessivement compliquée ayant en charge et en insertion des populations suffisamment fragiles, pour ne pas avoir deux lieux éloignés l’un de l’autre. La ville n’a pas songé un seul instant qu’elle leur compliquait la tâche, tandis que, à l’ancien endroit (piscine), ils avaient tout sur place et d’un seul tenant.
    Cordialement
    Jeanne Studer

  3. 3 Valérie Bousquet 7 octobre 2013 à 9 h 58 min

    Madame Voynet,
    En tant que grande représentante de l’Ecologie, vous conviendrez sans doute qu’il est vital pour notre futur de préserver les lieux où la Nature pose encore son empreinte; sources de poésie et donc de nourritures spirituelles. Souvenez-vous de la fameuse phrase de Malraux à propos du XXI eme siècle. Nécessité oblige, Madame Voynet; et que vous le vouliez ou non, il y a l’Essentiel et le secondaire, toujours. Dans ces conditions, l’essentiel est-il vraiment de construire une piscine sur un lieu comme celui-ci?

  4. 4 map 7 octobre 2013 à 10 h 10 min

    Mme Bousquet,

    Nous souscrivons avec vous à la phrase de Malraux, « l’essentiel » est dit.

  5. 5 Christian RENAULT 7 octobre 2013 à 10 h 50 min

    Cher tous,
    Qu’attendre d’autre de la part d’une édile qui n’a que le mépris comme mode de décision, les promesses non tenues comme mode de dialogue? La question n’est plus de savoir si notre Maire a la fibre écologique: elle a montré à moult reprises qu’elle n’a que faire du cadre de vie des Montreuillois et qu’elle n’a aucune empathie pour le vulgaire. Seule son ambition personnelle la motive. Elle écrase les murs à Pêches comme le Méliès ou l’Ilot 104. Mais sa piscine, monument auto-érigé à sa propre gloire, coulera aussi vite qu’elle. La postérité ne retiendra que son insignifiance et sa capacité à concevoir des projets qui vont à l’encontre du bien commun.
    Les élections ont lieu dans trois mois. Espérons que nous ne tomberons pas de Charybde en Scylla
    Christian RENAULT, Montreuil.

  6. 6 map 7 octobre 2013 à 10 h 55 min

    Monsieur Renault
    Les élections ont lieu au mois de mars c’est dans un peu plus que 3 mois. Vous dites très joliment « Espérons que nous ne tomberons pas de Charybde en Scylla ».
    En effet, et peut-être que c’est malgré tout l’équipe en place qui aura le projet le moins pire pour les murs à pêches? ( C’est sur que vous devez par partager cette possibilité) Attendons, les engagements et les faits. Peut-être lors de campagne nous aurons un plan et une vision positive pour les murs à pêches dans un des programmes gagnant.
    Pascal Mage

  7. 7 Anne-Lise 7 octobre 2013 à 11 h 58 min

    Des gitans ont vandalisé et cassé la porte d’un terrain alloué aux Roms ?

    Bienvenue à Montreuil sous bois (où sont les bois ? à part ceux dont on se chauffe facilement, de ce côté ci du périph’, visiblement)

    Une parisienne assez navrée d’assister aussi à la querelle entre Murs à pêches et société (historique) d’horticulture.

    Il parait qu’au début du 20ème siècle, les communistes attendaient les paysans-arboriculteurs à la sortie de la messe pour leur jeter des pierres…

    A présent, c’est la guerre entre gitans et roms ? Ou bien c’est la jalousie d’une population délaissée en voyant une autre population un tout petit peu moins délaissée ?

    Quoiqu’il en soit, bravo et merci à l’association Ecodrom et à VVV qui démontrent qu’une intégration est possible.

  8. 8 map 7 octobre 2013 à 12 h 59 min

    Bonjour Anne-lise,

    Vous posez la question: Des gitans ont vandalisé et cassé la porte d’un terrain alloué aux Roms ?

    Ce n’est pas ce que dit Jeanne Studer dans son commentaire.

    Bien cordialement,

    Pascal Mage

  9. 9 Anne-Lise 7 octobre 2013 à 13 h 07 min

    « les gitans de ce lieu ont commencé par casser leur porte et vandaliser le lieu » a écrit Jeanne Studer, le lieu alloué aux jardins du coeur, dont bénéficiaient aussi, j’imagine, les Roms ? Je lis sur le site d’Ecodrom qu’ils ont travaillé la terre mise à leur disposition. Et si Jeanne Struder nous expliquait, elle, un peu plus en détail, ce qui s’est passé ?

  10. 10 map 7 octobre 2013 à 13 h 37 min

    Non Anne-lise,

    Il s’agirait du nouveau terrain sur les murs à pêches qui avait été mis à disposition, suite à l’expulsion de l’emplacement initiale qui doit être démolie ( voir les photographies).
    Mais nous nous éloignons de l’objet du présent billet qui est la disparition de très belles parcelles de murs à pêches sous la piscine.
    Concernant « la querelle entre Murs à pêches et société (historique) d’horticulture. » Il y a en effet une divergence sur l’utilisation du site entre une vision « agricole » et vision « culturelle », cette phrase est bien sur une grande simplification de la dite « querelle ».

    Bien cordialement,

    Pascal Mage

  11. 11 benoît Ducasse 7 octobre 2013 à 13 h 38 min

    Bonjour,

    Je vous invite toutes et tous à aller visiter le site de la Ferme Moultoux, tout près de Mozinor et voir le travail remarquable accompli par les Jardins du Coeur pour restaurer et refaire vivre le site, maison et jardin. Ecodrom y travaille aussi. Une extension est envisagée dans un avenir proche. Vous verrez des gens formidables, allez discuter avec eux. Peut-être que bientôt, l’été, après leur matinée de travail, ils iront tout près de là plonger une tête pour se rafraichir dans la piscine publique du quartier…
    Bien à vous,

  12. 12 map 7 octobre 2013 à 14 h 00 min

    Bonjour Benoît,

    Je te dis « tu » puisque que je te connais!
    Je crois que tu as été militant syndical agricole, et un militant politique partisan.
    Tu es contre les projets d’extensions divers lorsque qu’il s’agit des affaires en dehors de Montreuil.
    Mais à Montreuil on peut faire de l’étalement intra-muros.
    Relis notre tract et réponds aux questions si tu le peux, au lieu de faire de la diversion sur la question de fond.
    Notre demande à la Municipalité est la sauvegarde du paysage et de notre patrimoine, la réduction de 10% de l’emprise de la piscine, afin de préserver les anciennes parcelles du jardin du cœur.
    Alors il serait bienvenu que tu plaides la cause des murs à pêches auprès des tes camarades élus.
    Pascal MAGE

  13. 13 Benoît Ducasse 8 octobre 2013 à 7 h 30 min

    Bonjour Pascal,

    Bien sûr, il faut garder le cap : préserver de l’artificialisation un max de terres agricoles. Et paradoxalement, pour cela, il faut densifier le tissu des villes pour éviter qu’elles ne partent s’étendre en cercles plus ou moins concentriques dans les campagnes, là où se perdent – et de très loin – la grande majorité de ces terres artificialisées.
    Sur une ville comme Montreuil, la tension est évidente. Il faut faire face à l’extension démographique du moment, dû notamment aux prix du logement sur Paris et à ses limites géographiques et selon le principe énoncé, mieux vaut que les gens qui cherchent à se loger au plus près de Paris le fassent en petite couronne qu’à Marne-la-Vallée dans les prés et les champs.
    Il faut donc trouver des sites pour construire des logements (là, il vaut mieux construire la ville sur la ville), et aussi des sites pour les équipements nécessaires qui demandent eux plus de surfaces. L’action pour minimiser l’impact se situe là, et il n’est pas facile de répondre à toutes les données du problème en même temps. D’où le rôle vital des associations.
    Dans cette situation, voyons cas par cas : la demande de transport a conduit à neutraliser une autoroute et à la transformer en voie de tram, une bonne idée non ?. Malheureusement, il fallait un site de maintenance, et ce fut au plus facile que fit la Ratp, dans le murs à pêche : c’est un échec, un vrai, même si l’impact sera minimisé à la marge par une certaine végétalisation. Le collège, c’est le conseil général, le propriétaire d’une grande partie des Map qui le construit : qui paie commande… Quant à la piscine, c’était un engagement électoral autant qu’un besoin d’équipements évoqué plus et, bien qu’imparfait, il en demeure pas moins un espace vert à l’arrivée, dans des conditions de construction et de fonctionnement pouvant être considérés comme pensés de manière non agressive par rapport au milieu et à sa population. Peut-on encore réduire l’emprise de 10 % ? A voir, mais sans doute en changeant la méthode, car la violence des propos incite peu à leur écoute…
    Reste la grande majorité des murs à pêche à faire renaître, une vingtaine d’hectares sauvés et promis à un bel avenir : allons-y vite – plantons, semons, préservons, ouvrons – avant que ceux qui imposent collège et site de maintenance du tram n’arrivent au pouvoir municipal, à moins que ce ne soit ceux qui y envisageaient l’urbanisation quasi totale du site qui n’y reviennent.
    Mais c’est aussi toute une nature – et même une écoagriculture – a infuser dans la ville entière, bien au-delà des murs à pêche, pour faire « système ».
    Je réïtère cependant mon incitation à la visite des nouveaux Jardins du Coeur et de la ferme Moultoux restaurée : c’est quand même bien eux dont on parle dans l’article initial…

    Amicalement

  14. 14 Jeanne 8 octobre 2013 à 8 h 09 min

    Pour répondre à Benoit, je dirai ceci :
    La hyper densification des villes est une utopie bien néfaste, car les gens qui y vivent ont besoin d’y vivre bien : il leur faut un minimum de verdure pour respirer correctement (maladies actuelles dans les villes : asthme, bronchiolites, etc……). En été la chaleur devient écrasante quand on est entouré de béton, alors que les arbres apportent oxygène, humidité, fraicheur et bien être.
    De plus, cette sur-densification introduit la violence dans les villes, due à l’entassement et une circulation automobile plus intense. Il nous faut plaider pour la ville à taille humaine qui fait que les gens s’y sentent bien et peuvent aller travailler avec plus de sérénité. Voulons-nous des villes dortoirs? Et si les gens se sentent mal dans les villes, ils prendront leur voiture le week-end pour s’échapper de la ville néfaste…..!

    La piscine ?. Promesse de campagne ? La non augmentation des impôts fonciers et locatifs avait été faite également et elle n’a pas été tenue.
    La piscine écologique ? Coût dispendieux pour une ville en difficulté financière. Le projet est-il construit en accord avec les habitants et les jeunes ? Le prix de l’entrée pour une piscine de plein air qui ne pourra fonctionner que deux mois par an.
    Les jeunes non pressentis dans ce projet, et n’ayant pas l’argent pour payer l’entrée, ne risqueront-ils pas de détruire une idéologie faite pour les riches et les écolos ?
    N’aurait-il pas mieux valu et moins couteux de prévoir une navette pour aller à la piscine existante dont les heures ne sont pas toutes utilisées par manque de personnel encadrant ?
    Le dernier point où je rejoins Pascal Mage, pourquoi avoir mis par terre le travail de 10 années d’installation des Jardins du Cœur dont le projet s’insérait parfaitement dans les murs à pêches ?
    Une piscine plus modeste et moins coûteuse pourrait très bien se faire dans le Haut-Montreuil , à un autre emplacement, la ville de Montreuil étant plutôt étendue en surface potentielle.

  15. 15 map 8 octobre 2013 à 8 h 33 min

    Benoît
    C’est une vision bien théorique que de croire que la sur-densification de Montreuil va épargner les campagnes.
    Les habitants de la ville n’auraient pas le droit aux espaces de respiration, suppression par le PLU voté par la majorité municipale de 10 hectares de murs à pêches, suppression d’un square en centre-ville, concentration d’habitants par des droits à construire exorbitants.
    En tant qu’écologiste, je milite pour rééquilibrage Paris/Province et pas pour une région ogre.
    Les bassins en dur de la piscine seront sur l’emplacement des anciennes parcelles du jardin du coeur.
    Concernant la violence des propos, tu plaisantes, je te rappelle que le Conseiller municipal chargé de la démocratie local et des associations se permet de traiter et d’écrire que notre association est paranoïaque du fait que nous dénoncions la fausse zone naturelle ( nag) que vous aviez inventée sur les murs à pêches, peut-être que les juges qui ont annulé cette fameuse (nag) à notre demande, étaient eux aussi paranoïaques?
    Concernant le futur des murs à pêches, ne te fais pas de souci, on va s’en mêler pour qu’il y a une émulation et un vrai projet pour ce patrimoine unique, votre projet est faible …
    Bien a toi
    Pascal

  16. 16 Christian RENAULT 8 octobre 2013 à 9 h 40 min

    Je rebondis sur les propos de Jeanne, à propos de la sur-densification et de ceux de Benoit « il faut construire la ville sur la ville ».

    Je suis originaire de Bourgogne, région qui meurt à petits feux, où les villages, puis les petites villes, puis les préfectures sont abandonnés de leurs habitants, les équipements sous utilisés avant de devenir obsolètes faute d’investissements. Là bas, il y a des milliers d’hectares de « murs à pêches », de friches industrielles.

    Le choix de l’hyper densification réduit à néant tout espoir de redécollage de ces zones contrairement à une politique ancienne « d’aménagement du territoire » qui faisait que l’on pouvait vivre, même avec des salaires modestes, dans des conditions de vie dignes et agréables.

    On ne fera pas de campagne à la ville, même en construisant des tours de cinquante étages devant chaque bouche de métro, même en mettant des métros à étages, pour mieux densifier les passagers, même en expliquant à ceux qui pleurent les derniers arbres du centre ville, que c’est pour leur bien.

    Ce week-end, j’ai eu l’occasion de me rendre dans une réception à Marnes la Coquette, à 10 km de Paris, soit à peu près la même distance du périph que les Mûrs à Pêche. Là bas, la sur-densification n’est pas à l’ordre du jour, il y a plusieurs hectares par famille. Quelques personnes disposent d’autant d’espace pour eux seuls que les milliers habitants de l’une au l’autre des cités de Montreuil.

    Donc, au vu de ces cas concrets : région rurale en déprise et banlieue de luxe surprotégée, il est normal que les cadors de l’écologie politique préconisent de construire la ville sur la ville, c’est à dire sur nos têtes, dans l’Est parisien.

    Si Balkany le faisait on appellerait ça de la spéculation et se serait « méchant » mais comme il s’agit d’écologistes, c’est « gentil » puisqu’il s’agit de « sauver la terre », même contre le vœu des habitants, leur cadre et leurs conditions de vie, même avec des programmes vendus 6000 €/m² , qui excluent de facto la plupart des résidants actuels de Montreuil.

    Je pose deux questions à Benoit: quelles sont les références scientifiques sur lesquelles est fondée la théorie de la sur-densification et comment analyse-t-il l’écart entre Montreuil et Marnes-la Coquette ?

    Christian RENAULT

  17. 17 Martin Fierro 8 octobre 2013 à 9 h 53 min

    Quelle tristesse… Et Quel gâchis !!! Et dire que la piscine n’est toujours pas construite, ce que tout le monde disait déjà en 2008. Six années de perdues pour les Murs à Pêches. Après 40 ans d’abandon, on est peut être plus à 6 ans près mais que penser quand on sait que Mme Voynet a instruit le classement de ce site en tant que Ministre de l’Environnement ? Elle aura été en tout cas été bien incapable de le protéger une fois élue Maire de Montreuil ! Une piscine, un collège, des ateliers de maintenance du tramway, une maison de retraite… Voilà pour les constructions sans concertation autour d’un site et paysage classé. Et 6500 m² de clos à pêches qui constituaient sans doute un des plus beaux ensembles de terrains réhabilités et entretenus merveilleusement pendant des années par des bénévoles et des travailleurs en insertion… Abandonnés, tagués…! Et on nous sert encore ces discours sur l’agriculture urbaine à Montreuil ? Faut vraiment prendre les montreuillois pour des truffes pour croire qu’ils avaleront un jour cette pilule ! il n’y a qu’à voir comment on traite les associations qui travaillent dans les Murs à Pêches et comment on traite les assos de bobos bios qui ne rêvent que de prendre leur place sans connaître les réalités de ce quartier et de cette ville… Triste écologie ! En tout cas c’est pas avec ce bilan sur les Murs à Pêches que Voynet arrivera a faire croire qu’elle est plus verte que les autres ou que qui que soit d’ailleurs !

  18. 18 map 8 octobre 2013 à 9 h 54 min

    Oui cher Martin Fierro, je suis heureux que tu t’exprimes sur notre blog et je te cite.

    « Puis j’ai su par un voisin
    qu’on dut vendre mon bétail
    afin de payer le bail,
    qu’on lui reprit mon terrain ;
    j’sais plus c’qu’il m’a raconté :
    enfin, tout fut liquidé »

  19. 19 map 8 octobre 2013 à 11 h 04 min

    Cher Benoît,

    Après ces échanges fermes, nous retenons, bien que nous connaissons pas
    la nature de ta légitimité pour nous faire la proposition positive, que tu as formulé sous la forme suivante.
    « Peut-on encore réduire l’emprise de 10 % ? A voir,(…..). »
    Notre association est très favorable pour travailler avec la municipalité à cette hypothèse.

    Bien à toi

    Pascal Mage
    président de l’association des Murs à Pêches.

  20. 20 Benoît Ducasse 8 octobre 2013 à 16 h 52 min

    Bonsoir à toutes et tous,

    Je dois être aux fraises – et pas aux pêches – en ce moment, car si j’ai écrit quelque part sur-densification, ce que je ne retrouve pas, ce n’était pas dans mon intention.: je suis absolument contre la sur-densification, mais pour une certaine densification, oui, avec des espaces verts de proximité, le moins de bagnoles possibles, et des logements (j’ai écrit tours ? j’espère que non, les tours sont à proscrire) et équipements de qualité pour tous, mais vraiment tous, y compris des piscines pour celles et ceux qui ne peuvent pas partir en vacances. Je suis persuadé qu’ils ne les casseront pas et qu’ils pourront y passer pour pas chers de belles journées …
    Je suis à cent pour cent aussi pour faire décroître l’Ile-de-France et les grandes agglomérations et faire revivre les campagnes, j’y consacre mes journées (rassurez-vous, je suis payé pour cela). Mais malheureusement, il va falloir encore cravacher pour inverser la tendance, et en attendant accueillir celles et ceux qui veulent habiter en ville.
    Je ne connais pas Marne-la-Coquette, mais on pourrait dire aux gens qui veulent habiter Montreuil et n’y arrivent pas d’aller voir si c’est pas possible d’habiter là-bas, vu que c’est pas plus loin. Perso, ça me dit rien… ça fera un peu de diversité : en 2009, le revenu fiscal médian par ménage y était de 44 053 €, ce qui plaçait cette commune au 2e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole. Hélas, je doute qu’ils veuillent densifier pour accueillir nos pauvres âmes… Le Vésinet est bien aussi, niveau espaces verts.
    Allez, les amis, portez-vous bien quand même et au plaisir de s’engueuler autour d’une zymotic dans une fête sur les murs à pêches. ;-)

    Benoît


  1. 1 Les jardins du coeur abandonnés, bient&o... Rétrolien sur 7 octobre 2013 à 22 h 03 min
  2. 2 Quel gâchis! | Murs à pêches Rétrolien sur 19 novembre 2013 à 23 h 33 min
  3. 3 Montreuil : Les jardins du cœur abandonn&... Rétrolien sur 20 novembre 2013 à 23 h 01 min
  4. 4 La piscine ne doit pas s’appeler « Murs à pêches  | «Murs à pêches Rétrolien sur 7 juin 2016 à 10 h 00 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :