Archive pour mai 2017

Les actions du collectif Quatorze

  • Les Ateliers Cohésion d’Équipe
    Le collectif Quatorze, en partenariat avec la Koncepterie organise des activités de team-building via la création d’un catalogue d’actions à destination des entreprises locales. Celles-ci pourront contribuer à enrichir le projet de développement urbain des murs à pêches tout en créant du lien avec leur quartier, grâce aux interventions menées autour des murs (défrichage, concertation, réhabilitation, co-construction…) Participez à ce projet en tant qu’association ou en tant qu’entreprise ! Plus d’informations : contact@quatorze.cc

 

  • L’opération WeCo Phoenix dans les murs à Pêches
    La méthode WeCo, contraction de « Week end de Construction », est importée d’Amérique latine par le collectif Quatorze. Le principe est simple : un chantier bénévole sur quelques jours pour construire avec les habitants des bidons villes. L’idée n’est pas uniquement de rendre salubre un habitat précaire, c’est de créer du lien avec les bénéficiaires en amont et pendant l’opération, et de les former pour qu’ils sortent de la précarité de façon définitive.
Publicités

Soudées pour le bien commun, quinze associations écrivent aux candidats.

Lettre ouverte aux candidat-e-s aux législatives dans la circonscription de Montreuil – Bagnolet

Madame, Monsieur,

Vous avez décidé de vous présenter devant les citoyens des villes de Montreuil et Bagnolet pour les représenter. Ces deux villes partagent une histoire, un patrimoine commun : celui des murs à pêches … Un modèle d’agriculture urbaine qui se développera et perdurera du XVIIIe au XXe siècle. Nos communes ont la chance de disposer, grâce à la lucidité des cultivateurs, à la fois de terrains où ce patrimoine est encore visible, mais aussi de collections historiques et de documents qui nous permettent de faire vivre une agriculture urbaine du XXIe siècle.

Depuis la disparition de la production, les associations ont pris le relais des cultivateurs pour faire vivre les parcelles abandonnées. Elles y ont restauré les murs, remis en culture les terres et ont développé des activités nouvelles à l’ambition d’éducation populaire : spectacle vivant, arts visuels, architecture, urbanisme, écologie, alimentation … C’est ainsi que se sont déployées, ici comme ailleurs, de nouvelles formes d’agriculture aux dimensions multiples. En témoignent les exemples de jardins d’insertion, familiaux, partagés, pédagogiques, mais aussi productifs, qui se sont développés en réinvestissant des terres abandonnées. Nos villes ne peuvent se passer de ces espaces d’expression et d’émancipation où les citoyens jardinent la ville et réinventent notre rapport à l’alimentation, à la nature et aux autres.

Nous observons depuis vingt ans que ce patrimoine est d’abord pensé par le politique comme une réserve foncière, afin de répondre au besoin de logements, d’équipements publics, d’infrastructures de transport. De plus, la contraction des financements, tant au niveau des collectivités territoriales que de l’Etat, condamne toute action publique d’ampleur pour ce patrimoine.

Pour ces raisons, les associations revendiquent depuis toujours la création d’une structure de gestion du site (GIP ou EPCC)* qui permette de mobiliser sur un socle de finances publiques des financements privés complémentaires : partenariat, mécénat, concession, prestations …

En tant qu’associations nous ne pouvons qu’apporter notre bonne volonté bénévole, nos compétences, nos collections historiques aussi. Mais hélas, cet engagement citoyen est vain s’il ne trouve pas de prolongement dans l’action publique. Il est urgent d’agir en responsabilité. Le politique ne peut pas avoir comme seule ambition de répondre aux besoins de logement, d’emploi ou de sécurité de nos concitoyens. Il est tout aussi essentiel de permettre à chacun de participer à la vie culturelle, sociale et économique du territoire.

Le site dit des Murs à Pêches ne peut continuer à être morcelé. Il doit garder l’intégrité de son territoire, indispensable au développement d’un projet qui doit désormais se matérialiser dans une structure de gestion, afin que son développement et son avenir ne dépendent plus exclusivement d’enjeux politiques locaux.

Nous voudrions connaître vos engagements pour le site des Murs à pêches, ainsi que sur l’appel à projet en cours « Inventons la métropole », qui morcelle une fois de plus ce patrimoine unique, dont la surface actuelle et la cohérence sont pourtant un gage de sa valeur. Les associations de la Fédération des Murs à Pêches et celles qui se joignent à ce courrier sont ouvertes à une rencontre.

Montreuil, le 1er mai 2017
Associations de la fédération :
Ecodrom, La Graffiterie, Le Fer à coudre, Le Sens de l’humus, Lez Arts dans les murs, Murs à Pêches, Oxymore, Racines en ville, RecupCrea, Société Régionale d’Horticulture de Montreuil, Théâtre de la girandole, TIGe.

Autres associations signataires :
Jardin de la Lune, Montreuil environnement, Rêve de Terre.


*Groupement d’Intérêt Public, Établissement Public de Coopération Culturelle

 

Télécharger le fichier : Lettre aux candidats aux législatives 2017

Les éclaireurs en avant garde du patrimoine.

Quand les éclaireurs campent dans les murs ça donne le Géocatching. C’est, en quelque sorte, un jeu de piste géant qui permet au voyageur qui s’y prête, de découvrir la ville de Montreuil. Pour celui-ci, la fin du parcours se situe aux Murs à Pêches. Afin qu’il y découvre le fourmillement d’associations, le poids historique du lieu, et comment il tend, malheureusement, à disparaître.

Plus d’infos : https://eedfmontreuil.wordpress.com/

Bessac, magicien !

Montreuilloises, Montreuillois, le grand magicien, illusionniste Patrice B, aidé de ses assistants, fît apparaître une « maison » en septembre 2016. Bientôt, dans un futur proche, ce grand prestidigitateur fera disparaitre cette même maison dite « des murs à pêches ». Très fort !

Et comme les grands magiciens ne révèlent jamais leurs secrets, nous le faisons pour vous. Ce « symbole du retour de la puissance publique sur le site des murs à pêches » se volatilisera précisément parce que les terrains seront vendus à des promoteurs. À qui ? Au choix, Bouygues, Amétis ou REI habitat, aussi connus pour leurs fantastiques tours de magie rue Danton !