Archive for the 'EIF' Category

Un bateau ivre aux MAP

Décidément, le navire EIF n’en finit pas de partir à la dérive, semant dans son sillon des rescapés qui préfèrent sauter par dessus bord que de finir dans l’iceberg.

Capture d_écran 2017-07-05 à 14.46.42

Dès l’annonce de la candidature de la ville de Montreuil au projet « Inventons la Métropole du Grand Paris », des citoyens se sont mobilisés pour dénoncer, au delà d’une erreur historique, la cession aux promoteurs immobiliers d’un espace public patrimonial.

Il se trouve que l’avenir leur a donné raison car, à mesure que passent les mois, chacun découvre combien le projet est vide de sens et sans intérêt autre que de bétonner. Certains élus ont beau s’escrimer à maquiller le tout de solidarité, d’agriculture urbaine ou de concertation, rien n’y fait : plus ils parlent, moins on y croit.

Ce sont d’abord les associations locales, travaillant dans les parcelles, qui, priées de participer à l’aventure, on fuit les unes après les autres.

A présent, c’est au tour de la majorité municipale de se tâter sur la question. Lors du Conseil du 28 juin dernier, les élus Insoumis, soulignant combien il était important de construire les résistances à l’échelle locale, ont affirmé la nécessité d’une « réorientation de l’action municipale » (voir ici). Au second rang des changements de cap attendus figurait « la révision complète du projet engagé sur le site EIF au cœur des Murs à Pêches ». Le même jour, les Verts, quant à eux, ont dénoncé un manque de concertation évident et un refus total d’urbanisation des parcelles aujourd’hui non bâties. Enfin, nous avons rencontré d’autres élus de la majorité qui, embarrassés, parlent d’un projet passé en douce sans que la question ait été approfondie en Conseil municipal. Tous semblent donc vouloir trouver une solution alternative.

Mais là où l’on reste coi, c’est quand l’on apprend, de source quasi certaine, que deux des trois lauréats, faute d’emprise locale, ont décidé de ne plus travailler le dossier. En effet, AMETIS et REI semblent avoir jeté l’ancre et abaisser les voiles; se laissant ainsi dériver jusqu’à la date du dépôt des dossiers ? Reste donc en lice, le plus pesant des mandataires, le tout puissant Bouygues et son « exotique », mais non moins antithétique, « Oasis des Murs à Pêches ». Ça promet !

Face à ces désertions de masse, on s’attend désormais à ce que l’usine elle-même prenne ses jambes à son cou…

Plus sérieusement, on entend déjà d’ici les partisans prononcer leur ultime argument : « Sans ce projet, EIF et ses abords seront vendus par la région aux pires des promoteurs pour la pire des spéculations ». D’abord, n’est ce pas déjà le cas ? Ensuite, permettez-nous de nous en assurer auprès des principaux intéressés… Nous imaginons mal, puisqu’il s’agit d’eux, la Région et le Département sacrifier le peu de patrimoine « made in 93 » encore existant. Leur rôle étant davantage de donner aux MAP un retentissement culturel et patrimonial à l’échelle internationale.

Les citoyens avaient raison, mais la n’est pas l’important. L’essentiel, encore une fois, réside dans la protection de cet écrin de verdure que sont les Murs à pêches, dans la prise en compte de leurs spécificités… A territoire hors-norme, traitement hors-norme. Dans cette optique, chacun trouvera toujours en nous de précieux alliés… prêts à retourner à la table des concertations pour trinquer à la longue vie de ce territoire exceptionnel. Qu’on se le dise haut et fort : la Fédération des MAP a bien des solutions à apporter à l’État, à la région, au département et à la Ville. Quant au Grand Paris, on vous laisse lire l’article du Canard, ci-dessous.

Publicités

EIF, « porte de sortie » des Murs à Pêches ?

Ramassis d’inepties, désinformation, propagande honteuse… nous sommes restés bouches bées à la lecture de la lettre ouverte de la municipalité publiée le premier juin Lettre ouverte de JC-Negre.

FRANCE-ECONOMY-BANK

Est-ce la candidature du Maire adjoint chargé de l’urbanisme et de l’espace public ou la mise en lumière de la magouille EIF qui fait dérailler la municipalité ?

Peu importent les querelles électorales, ce qui compte ici ce sont les faits. La lettre du premier juin contient des mensonges énormes et des contradictions évidentes.

  • La municipalité se plaint de la loi NOTRe et se vend au Grand Paris. Mieux vaut pour rester vivant ne pas dîner chez l’assassin…
  • Incompétence ? Maquillage ? Le classement « patrimoine » des parcelles concernées n’était nullement indiqué dans le cahier des charges appel-a-projets-eif-ilovepdf-compressed. Bien au contraire, en qualifiant la zone « d’abord des murs à pêches », il s’agissait de dissimuler la vente d’un patrimoine protégé. C’était sans compter la vigilance du Conseil de Quartier, des associations, du Député et du Préfet.
  • A grand renfort de marketing, le courrier masque l’essentiel : une opération de promotion immobilière… dont les trois retenus, connus pour leur philanthropie, (Bouygues immobilier, REI…) ont annoncé la couleur lors de la seule réunion publique. Il s’agit aussi de privatiser un espace public classé. Quelle belle ouverture !
  • Qu’on se le dise une bonne fois pour toute : rénover une usine, ce n’est pas mettre en valeur les Murs à pêches.
  • Nous rappelons que le Conseil de quartier et 15 associations ont dénoncé ce projet de margoulins. De même, aucune association locale liée à l’horticulture, au patrimoine ou à la culture ne souhaite être associée à cette opération. A la table des concertations, les représentants des promoteurs et de la Ville doivent se sentir bien seuls.